Accueil > Actualités du LAMES

« Ville et capitalisme », Biennale de la sociologie de l’urbain et des territoires

par Sylvie Chiousse - publié le , mis à jour le

Les 17, 18 et 19 octobre 2018, le Réseau Thématique de lʼAssociation française de sociologie consacré à la sociologie de l’urbain et des territoires (RT9) organise à Marseille, sa 3e Biennale, qui fait suite aux deux premières éditions organisées à Lille en décembre 2014 et à Toulouse en septembre 2016.
Ces journées d’études ont vocation à rassembler l’ensemble des sociologues français-e-s, et plus largement les chercheur-e-s en sciences sociales (politistes, anthropologues, économistes, géographes, historiens, démographes, etc.), qui travaillent sur les questions urbaines et territoriales. Cette manifestation se veut un moment privilégié d’échanges et d’analyses autour d’une grande thématique de recherche.
La première journée (mercredi 17/10) est consacrée à l’atelier doctoral du RT9. Rendez-vous annuel depuis une dizaine d’années, la thématique de son édition 2018 est : Les relations experts-usagers à l’épreuve des lieux.
Les deuxième et troisième journées (jeudi 18/10 et vendredi 19/10) constituent le cœur de la Biennale. Elles comportent trois séances plénières et dix ateliers thématiques, consacrés aux différents aspects du lien entre ville et capitalisme.

Infos

Ville et capitalisme
Cinquante ans après la publication de l’ouvrage Le droit à la ville, d’Henri Lefebvre, la troisième Biennale de la sociologie de l’urbain et des territoires propose d’interroger les interactions entre les dynamiques du capitalisme et les dynamiques urbaines et territoriales. Les liens entre ville et capitalisme constituent en effet une interrogation fondatrice des recherches portant sur le fait urbain, comme l’illustrent l’ancienneté et le nombre des travaux en histoire et en sociologie ayant analysé les
dynamiques croisées des révolutions industrielles, de l’urbanisation et de la marchandisation du sol et de l’immobilier depuis le début du XIXe siècle. La ville y apparait à la fois comme un lieu essentiel de production de capitalisme et un monde social transformé par l’essor et les mutations du capitalisme.
Un temps délaissée en raison du déclin du paradigme marxiste dans la sociologie française, de la spécialisation des objets de recherche et du rétrécissement des échelles d’observation, cette question a récemment retrouvé son actualité sous l’effet de plusieurs facteurs.
Premièrement, les transformations contemporaines du capitalisme lui-même, marquées par le tournant postindustriel et les processus de mondialisation, de financiarisation et de déréglementation ont des conséquences territoriales fortes. Un des effets les plus frappants de ces processus se manifeste par les restructurations économiques et sociales profondes des villes et des territoires industriels, soulignant l’opposition entre des espaces « gagnants » de la mondialisation (villes globales,
villes à forte spécialisation technologique, nouvelles villes-ateliers) et des territoires « perdants », confrontés au déclin économique et démographique.
Deuxièmement, si l’accélération de la circulation des hommes et des marchandises s’est traduite par l’intensification de la concurrence interurbaine, cette dernière s’est vue renforcée sous l’effet de la production de discours, de dispositifs et de représentations qui mettent en scène la concurrence entre les villes, classent et hiérarchisent les territoires. Depuis une trentaine d’années, la compétitivité et
l’attractivité urbaines sont ainsi devenues des thèmes centraux pour les décideurs publics et privés.
Ces pratiques diffuses participent de la « mise en concurrence » des villes dans le cadre de politiques plus libérales et d’un capitalisme à la fois plus global et plus urbain. La multiplication des travaux depuis les années 1990 sur la gouvernance des villes et la montée de l’entrepreneuriat urbain témoignent en même temps de ce recours croissant des collectivités aux acteurs privés pour assurer le développement de leur territoire et la gestion des services urbains (distribution d’eau, ramassage
des ordures ménagères, contrôle du stationnement, etc.).
Troisièmement, l’analyse des relations entre ville et capitalisme renvoie à la question de la recomposition des inégalités socio-spatiales. Du point de vue des populations, les inégalités sociospatiales peuvent s’exprimer en termes de revenus, de patrimoine, de trajectoires socioprofessionnelles, mais aussi en termes d’accès à la ville, aux transports, aux marchés locaux du travail, aux équipements ou encore à la qualité environnementale. La crise des subprimes, survenue aux Etats-Unis à partir de 2007, a par ailleurs relancé la réflexion sur les risques économiques et sociospatiaux liés à la financiarisation de l’immobilier dans un contexte marqué à la fois par le développement de pratiques de titrisation et de spéculation peu régulées.
Enfin, l’intérêt renouvelé des sociologues pour la question des liens entre ville et capitalisme se nourrit de plusieurs évolutions récentes du champ des sciences sociales, telles que la traduction et la diffusion des travaux de géographie « radicale », des travaux (critiques ou non) s’intéressant aux facteurs de croissance économique des plus grandes métropoles et des recherches récentes attirant l’attention au-delà des villes qui réussissent et des facteurs de cette réussite, sur la « ville ordinaire ».

Journée du 18 octobre
9h30 – Salle du Miroir : Introduction générale de Lydie Launay (Présidente du RT9), de Jean Boutier (EHESS, chargé de mission auprès de la Présidence pour le campus Marseille)
1re Plénière – 10h00-12h45 – Salle du Miroir (Rdc) – Présidée par François CUSIN
Marchandisation, financement et production de l’espace
- Michael STORPER (UCLA, Science Po Paris, LSE), Ville et marché : une relecture institutionnelle et politiques
- Manuel AALBERS (KU Leuven, the University of Leuven), The Real Estate/Financial Complex
- Julie POLLARD (Université de Lausanne, IEPHI), Que régule le politique ? Mener les politiques du logement avec les promoteurs immobiliers

Séances-ateliers du jeudi 18/10, 14h00-16h00
1. COMPETITIONS TERRITORIALES
Salle A (2e étage - EHESS) – Présidée par : Vincent BAGGIONI
- Matthieu ADAM (LAET-ENTPE), La métropole, une marque comme les autres ? Analyse des cibles, du positionnement et de la stratégie de branding territorial de Lyon
- Antoine GUIRONNET et Ludovic HALBERT (Université Paris-Est, LATTS), Vendre les métropoles au Marché international des professionnels de l’immobilier (Mipim), le cas des collectivités françaises
- Quentin SCHNAPPER (ENS Ulm/PSL, CESAER INRA), « Un maire c’est un commercial, il a la petite valise et il va voir les entreprises » Défense du commerce,
conflits politiques et promotion de l’attractivité d’un bourg périurbain de Vendée (1980-2017)
- Deborah GALIMBERTI (Université de Florence), Unusual suspects ? Les professionnels du développement local et la construction politique de la
compétition interterritoriale dans les métropoles européennes
2. PRIVATISATION : DISPOSITIFS ET JEUX D’ACTEURS
Salle de réunion (3e étage - CNE) – Présidée par : Camille FRANÇOIS
- Marie-Pierre LEFEUVRE (Université de Tours, Cost-CITERES) et Romain MELOT (Université Paris-Saclay, INRA-Sadapt), Les copropriétés, instruments de privatisation de la production de l’espace ?
- Géraldine DJAMENT (Université de Strasbourg, SAGE), La forme collection du capitalisme appliquée à l’espace urbain dans la métropolisation : l’émergence d’une patrimonialisation par appropriation entrepreneuriale typique de la nouvelle étape du capitalisme
- Pedro GOMES (Université Paris-Est, Lab’Urba), Comment rendre une place prête à privatiser : ville entrepreneuriale, urbanisme convivial et jeux d’acteurs au Martim Moniz, à Lisbonne
- Marc-André HOULE (Collège de Maisonneuve) et Louis GAUDREAU (Université du Québec), La promotion immobilière et la copropriété divise à l’ère de la financiarisation à Montréal
3. EXPERIENCES RESIDENTIELLES SOUS CONTRAINTES
Salle pédagogique du musée d’archéologie méditerranéenne (1er étage) – Présidée par : Clément RIVIERE
- Renaud GOYER (Université de Montréal, Crach), L’expérience du capitalisme dans l’espace urbain : rapports sociaux inégalitaires dans les récits de locataires montréalais
- Elie GUERAUT (Université Paris Descartes, Cerlis / Cesaer, Inra) et Achille WARNANT (EHESS, Géographie-Cités), Désengagement de l’Etat et déclin des villes moyennes. Ascension et fragilisation de la petite bourgeoisie culturelle d’une ville moyenne du centre de la France (1977-2018)
- Hélène JEANMOUGIN (Université Aix-Marseille, LAMES), Déménagements contraints et ségrégation des allocataires du Hartz IV dans le quartier en
gentrification du Nord-Neukölln (Berlin)
- Thomas WATKIN (Université de Nîmes, Projekt / EHESS, CMH), L’action communautaire comme mode de régulation immobilière et sociale : dispositifs de confiance et de défense des Latinos face à la crise des subprimes à Boston
4. REGULATIONS ET ACTIONS PUBLIQUES DANS LES METROPOLES
Salle B (2e étage – EHESS) – Présidée par : Rémi HABOUZIT
- Fabien DESAGE (Université de Lille, CERAPS), Frédéric MERCURE-JOLETTE (Université de Montréal), Le gouvernement dépolitisé des grandes métropoles ou la construction d’une incapacité politique ?
- Christophe PARNET (Sciences Po Lyon, Triangle), Entrepreneurs de métropoles : les patrons à l’assaut de la scène métropolitaine marseillaise (2008-2016)
- Clément BOISSEUIL (Sciences Po Paris, CEE), Les nouveaux agencements marchands de l’acquisition foncière au sein du Grand Paris : foncier classique, tréfonds et foncier aérien
- Nicolas BATAILLE (Université de Tours, CITERES / ENSA Nantes CRENAU-AAU)
Un nouvel esprit de l’ingénierie urbaine ? Reconfiguration des processus et acteurs de la production urbaine dans la « cité par projets »
5. SEGREGATIONS URBAINES
Salle du Miroir (Rdc) – Présidée par : Eleonora ELGUEZABAL
- Margot DELON (Sciences Po Paris, OSC), Qui sont les propriétaires-bailleurs ? Analyse des variations sociales et territoriales de la propriété locative dans les enquêtes Logement et Patrimoine
- Quentin RAMOND (Sciences Po Paris, OSC), Quel est le rôle du statut d’occupation du logement dans les dynamiques de ségrégation résidentielle des classes moyennes ? Une analyse des évolutions dans les principales villes françaises (1999-2013)
- Bruno COUSIN (Sciences Po Paris, CEE), Matteo DEL FABBRO (GSSI, L’Aquila), Niccolò MORELLI (Université de Bologne), Matteo PIOLATTO (Université de Milan), Jonathan PRATSCHKE (Université de Salerne) et Tommaso VITALE (Sciences Po Paris, CEE), Les dynamiques de la ségrégation socio-spatiale dans les grandes métropoles italiennes : Milan, Rome et Naples entre 1991 et 2011

2e Plénière – 16h30-19h00 – Salle du Miroir (Rdc) – Présidée par : Anne LAMBERT
Projection/ Débats autour de Bricks, Documentaire réalisé par Quentin RAVELLI (CMH) Avec la participation de Thomas AGUILERA (Science Po Rennes-ARENES)
et Charlotte VORMS (Université Paris 1, Centre d’histoire sociale du XXe siècle, IUF)

Journée du 19 octobre
3e Plénière – 9h30-11h45 – Salle du Miroir (Rdc) – Présidée par : Lydie LAUNAY
Capitalisme et territoires
- Michel GROSSETTI (CNRS LISST / EHESS), Performance et attractivité des métropoles : une légende urbaine
Pierre FOURNIER et Cesare MATTINA (Université Aix-Marseille, LAMES)
Capitalisme industriel des territoires à faible densité et urbanité à la campagne
« Capitalisme industriel des territoires à faible densité et urbanité à la campagne »
- Christelle MOREL-JOURNEL (Université de Lyon à St-Etienne, EVS), (Titre et résumé en attente de réception)

Séances-ateliers du vendredi 19/10, 13h45-15h45
6. SECTEUR PUBLIC, SECTEUR PRIVE : QUELLES RELATIONS ?
Salle A (2e étage - EHESS) – Présidée par : Rémi HABOUZIT - Fin de cette séance prévue à 16h15
- Félix ADISSON et Ludovic HALBERT (Université Paris-Est, LATTS), Etat et villes entre financiarisation et austérité. Les fonds d’investissements dans l’immobilier public italien (2003-2017)
- Marie PIGANIOL (Max Planck Institute for the Study of Societies), Les « doubles mouvements » de la marchandisation du foncier urbain
- Véronique BIAU (ENSA Paris-La Villette, LET-LAVUE), Les PPP (partenariats public-privé) urbains : quand un instrument du New Public Management traverse la Manche
- Antoine GUIRONNET (Université Paris-Est, LATTS), La financiarisation du capitalisme urbain dans les premières couronnes métropolitaines
- Nicolas MAISETTI, Felix ADISSON, Marie BIGORGNE, Martine DROZDZ, Ludovic HALBERT (Université Paris-Est, LATTS), et Françoise NAVARRE (Université Paris-Est, Lab’Urba), Politiques urbaines et austérité budgétaire : une analyse de l’investissement public local
7. EFFETS SOCIO-SPATIAUX DU CAPITALISME DANS LES ESPACES POPULAIRES
Salle B (2e étage – EHESS) – Présidée par : Camille FRANÇOIS
- Antoine LEVEQUE (Université de Lyon, Triangle / Science Po Lyon), En quête d’attractivité : capitalisme urbain en banlieue rouge et relégation des quartiers d’habitat social
- Clément BARBIER (Lab’Urba, Cresppa-CSU et CERAPS), Cécile CUNY (Université Paris-Est, LATTS), David GABORIEAU (Université Paris-Est, Lab’Urba), Nicolas RAIMBAULT (LISER), En quête d’ouvriers. Logiques de (re-)production de la main d’oeuvre logistique dans les coulisses métropolitaines
- Collectif ROSA BONHEUR (Université de Lille, CLERSE), La centralité populaire d’un territoire devenu périphérique : une résistance ordinaire à la domination
- Lucas TRANCHANT (EHESS, LSQ-CREST / CESAER, INRA), La logistique, facteur d’émergence de nouveaux territoires ouvriers dans la métropole parisienne ? Le
cas de la ville nouvelle de Sénart
8. ECONOMIE NUMERIQUE, ECONOMIE ECOLOGIQUE
Salle de réunion (3e étage - CNE) – Présidée par : Vincent BAGGIONI
- Thomas AGUILERA (Science Po Rennes, ARENES), Francesca ARTIOLI (Université Paris-Est, Lab’Urba), Claire COLOMB (The Bartlett School of Planning University College London), Les villes contre Airbnb ? Politisation et régulation des locations de courte durée et plateformes numériques dans les grandes villes européennes : une analyse comparée
- Antoine COURMONT (Sciences Po Paris, CEE), Réguler par la donnée le capitalisme urbain à l’ère du numérique. Le cas de la plateforme Waze
Pascal MARICHALAR (EHESS-IRIS), Valeurs foncières et valeurs-limite d’exposition aux polluants : la gestion de la pollution industrielle héritée dans les villes pauvres du centre du New Jersey (des années 1970 à nos jours)
Carole BARTHELEMY (Université Aix-Marseille, LPED), La nature urbaine, marqueur socio-spatial des effets du capitalisme ? Entre marchandisation,
mobilisation et résistance, études de cas marseillais
9. PRATIQUES, POSITIONS ET STRATEGIES DES PETITS INVESTISSEURS
Salle pédagogique du musée d’archéologie méditerranéenne (1er étage) – Présidée par : Clément RIVIERE
- Garance CLEMENT (Université Paris Est, Lab’Urba), Claire GELLEREAU (Université de Lille, CLERSE), Financer son logement à l’étranger : les classes moyennes face à des marchés résidentiels non familiers
- Pauline CLECH (Université de Santiago, COES), Ségrégation urbaine et spéculation immobilière ordinaires en contexte néolibéral. Une analyse à partir du cas chilien
- Lorraine BOZOULS (Sciences Po Paris, OSC / Università degli studi di Milano Bicocca, URBEUR-QUASI), Des financiers en ville. Choix résidentiels et stratégies d’investissement des hauts cadres du secteur privé
- Nicolas OPPENCHAIM, Julian DEVAUX, Dominique ANDRIEU et Jean-Philippe FOUQUET (Université de Tours, CITERES), L’espace de l’hébergement Airbnb : des polarités sociales et résidentielles
10. LA PROMOTION IMMOBILIERE : ACTEUR CLE DE LA PRODUCTION DE L’ESPACE
Salle du Miroir (Rdc) – Présidée par Eleonora ELGUEZABAL : - Fin de cette séance prévue à 16h15
- Loïc BONNEVAL (Université Lumière Lyon 2, Centre Max Weber), Promoteurs immobiliers, bailleurs sociaux, collectivités locales : Des acteurs aux frontières des marchés du logement
- Alexandre COULONDRE (Université Paris-Est, Lab’Urba), Où faire couler le béton ? La construction gestionnaire de la valeur immobilière des villes françaises
par les entreprises de promotion
- Marine DUROS (EHESS, CMH-équipe ETT), La fabrique sociale de la valeur des territoires. Ethnographie du siège français d’un cabinet mondial de conseil en immobilier d’entreprise
- Sarah THIRIOT (Université Grenoble Alpes, PACTE), Faire investir dans la rénovation de bureaux durables : le travail de construction de nouvelles logiques
économiques par les acteurs du marché
- Clément BARBIER (Lab’URBA, Cresppa-CSU et CERAPS), Antonio DELFINI (Université de Lille, CLERSE), Fabien DESAGE (Université de Lille, CERAPS)
Tout changer pour que rien ne change ? La reconversion immobilière des capitaux textiles au sein de l’agglomération lilloise (1960-2018)

AUTOUR DE LA BIENNALE
- Samedi 20 octobre : Visite urbaine de l’opération Euromed 2, organisée par Cesare MATTINA (LAMES, AMU) et Mathias BOURRISSOUX (consultant, fondateur d’Espèces d’espaces).
Rendez-vous à 9h15 au métro Bougainville, ligne 2 (sortie des tourniquets).
Visite gratuite sur inscription uniquement > CONTACT : cesare.mattina@univ-amu.fr

Agenda

Ajouter un événement iCal