Accueil > Archives > 2015

ATED - Repenser la Méditerranée. L’apport des sciences sociales

par Sylvie Chiousse - publié le , mis à jour le

ATED - Repenser la Méditerranée. L’apport des sciences sociales
Atelier thématique d’études doctorales, du 7 au 11 septembre 2015, MuCEM Marseille
Sous la responsabilité scientifique de Sylvie Mazzella (LAMES, CNRS AMU) et Biagio Salvemini (CRIAT, Université de Bari)

Programme

- Présentation
Vieil objet d’étude des historiens – sur quoi a été bâti un modèle de la longue durée et des échelles temporelles – la Méditerranée est un territoire particulièrement pertinent pour réinterroger les disciplines qu’elle a vu naître. À la suite d’Hérodote, les anthropologues, les géographes et les sociologues n’ont cessé d’analyser les mœurs, les espaces et les liens sociaux de ce terrain de connaissances, de cette Terra cognita.
« Penser la Méditerranée », « Méditerranéiser la pensée » comme l’écrit Edgar Morin, c’est ce à quoi s’attachent les chercheurs de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme depuis bientôt 20 ans, avec notamment l’appui du Réseau d’Excellence des centres de recherche en sciences humaines sur la Méditerranée (RAMSES2).
Qu’apprend-on aujourd’hui à regarder la Méditerranée au prisme des sciences sociales ? Point de contact et de tension, frontière et passage, espace de circulation et entité régionale, la Méditerranée se trouve au centre de nouveaux enjeux. Avec la mondialisation et l’émergence de nouvelles puissances, on assiste d’une part au renforcement d’unités régionales et d’autre part à une redéfinition des rapports Nord/Sud. Dans le même temps, depuis 2011, les bouleversements politiques majeurs de la rive Sud de la Méditerranée, et leurs conséquences sociales, économiques et juridiques, posent avec encore plus d’acuité dans un contexte de crise la question des conditions, enjeux et modalités de l’analyse des phénomènes sociaux à l’échelle euro-méditerranéenne.
L’ambition de cet atelier est de proposer un cadre international et interdisciplinaire d’échanges et d’expériences privilégiant les croisements analytiques et méthodologiques. Cet appel s’adresse à tous les doctorants dont les recherches portent sur des enjeux sociétaux importants, tels les enjeux démographiques, environnementaux, de renouvellement des populations par les incessants mouvements migratoires, de nouvelle gouvernance régionale, ou encore de circulation des savoirs, de formes de solidarités ou de conflits qui y ont cours et qui infléchissent les ambitions de théorisation des sciences sociales. Il s’agira de questionner la démarche de recherche à partir d’une interaction avec d’autres disciplines et traditions d’études, en particulier celles de l’histoire, de la sociologie, de la géographie, de l’anthropologie et des sciences juridiques.
 
Cette semaine de formation intensive sera l’occasion de travailler sur trois axes :
- La comparaison déclinée à différentes échelles temporelles et spatiales (locales, nationales, régionales, internationales).
- La circulation de notions, concepts et catégories d’analyse entre les pays et les disciplines.
- La mise en œuvre de protocoles d’enquête et d’outils (y compris numériques, artistiques et audiovisuels) dans la collecte de données inédites.
 
Le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, partenaire de la formation, alimentera la réflexion de ces trois axes en associant les doctorants à la pratique professionnelle du Musée à partir de ses collections et fonds documentaires.

Placée sous la direction scientifique du Laboratoire méditerranéen de sociologie (LAMES UMR 7305, CNRS AMU) et de l’Université de Bari (Centre interuniversitaire de recherche pour l’analyse du territoire (CRIAT), cette formation bénéficie aussi du soutien et de la participation des partenaires suivants : Laboratoire d’excellence « Les sciences humaines et sociales au cœur de l’interdisciplinarité pour la Méditerranée », Aix-Marseille Université / CNRS, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (USR 3125), Laboratoire Temps, Espaces, Langages Europe Méridionale Méditerranée (TELEMME UMR 7303), Institut d’ethnologie méditerranéenne et comparative (IDEMEC UMR 7307), Réseau de partenaires RAMSES, Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MUCEM), Université de Bari, Université d’Alicante, Ecole française d’Athènes, Université de Gênes.

- Comité d’organisation scientifique : Sylvie Mazzella (LAMES CNRS AMU, UMR 7305), Biagio Salvemini (CRIAT, Université de Bari), Maryline Crivello (TELEMME CNRS AMU UMR 7303), Dionigi Albera (IDEMEC CNRS AMU UMR 7307), Maria Couroucli (Ecole française d’Athènes), Juan David Sempere Souvannavong (université d’Alicante), Nicola Mai (A*Midex, AMU LAMES UMR 7305), Constance De Gourcy (LAMES CNRS AMU UMR 7305), Pierre Fournier (LAMES CNRS AMU UMR 7305), Sylvia Girel (LAMES CNRS AMU UMR 7305), Sara Casella (LabexMed LAMES), Pierre Sintès (TELEMME CNRS AMU UMR 7303), Stéphane Mourlane (TELEMME CNRS AMU UMR 7303), Elisabetta Rosa (LabexMed TELEMME), Katia Boissevain (IDEMEC CNRS AMU UMR 7307), Cyril Isnart (IDEMEC CNRS AMU UMR 7307), Delphine Perrin (CERIC, CNRS AMU, UMR 7318), Xavier Philippe (Institut Louis Favoreu AMU), Salvatore Palidda (université de Gênes), Denis Chevallier (MuCEM), Yolande Padilla (MuCEM).

- Renseignements : Chloé Chatelin
+33 4 42 52 40 64 - chatelin@mmsh.univ-aix.fr