Accueil > Archives > 2016

Conférences Stéphanie Garneau (université d’Ottawa)

par Sylvie Chiousse - publié le , mis à jour le

Stéphanie Garneau

Vendredi 29 avril 2016
14h-16h30, ATTENTION : changement de salle => salle 1 (MMSH Aix)

-  Appréhender les migrations comme des processus : (re)donner ses lettres de noblesse à l’entretien biographique
 _ Les sociologues s’entendent généralement sur la pertinence d’appréhender les migrations en termes de processus. Moins qu’à un état ou une condition, le fait d’être migrant renvoie en effet à un enchaînement de situations qui induisent plus ou moins progressivement et consciemment chez le migrant et sa famille une légitimation à partir ainsi que des modalités variables d’ « installation ». Toutefois, tous ne s’entendent pas sur la méthode la plus appropriée afin de saisir la logique temporelle et dynamique des parcours. L’entretien est l’une d’elle, mais depuis « L’illusion biographique » de P. Bourdieu, l’interrogation rétrospective suscite des craintes, dont celles de se contenter d’un inventaire descriptif des propriétés individuelles sans traitement sociologique et de succomber à l’effet de lissage et de linéarité auquel encouragent la relation d’enquête et la narration. À partir de nos différentes recherches sur les migrations étudiantes nationales et internationales, nous tenterons d’exposer une méthode d’analyse d’entretiens biographiques qui, en recourant au concept de carrière et à l’instrument typologique, permet une montée en généralité sans perdre de vue le caractère dynamique et non-linéaire des parcours.

- Avec les doctorants du LAMES et les Masters du département de Sociologie (AMU)

Vendredi 27 mai 2016
14h-16h30, salle Paul Albert Février (MMSH Aix)

-  Des Marocains au Québec. Migrations et classement social
Dans les travaux sur la migration, les vecteurs de départ sont souvent appréhendés dans une perspective mécanique et causaliste (théorie des push et pull factors), le plus souvent avec une approche statistique. Les recherches de type qualitatif n’échappent cependant pas toujours à l’énumération descriptive de « facteurs », fussent-ils sous la forme de motivations ou de « configurations de facteurs ». Dans les deux cas, c’est le caractère dynamique de la situation sociale des migrants et de leur famille (ascension ? déclassement ?) au principe de la structuration des aspirations sociales et de migration, qui est occulté. En nous fondant sur des récits biographiques construits avec des Marocains ayant migré au Québec en tant qu’étudiants ou travailleurs qualifiés, nous identifierons les logiques différenciées qui, dans les sphères familiale, éducative et de travail au Maroc, conduisent à l’expatriation au Québec comme stratégie modulable de classement social.

- Discutante : Magali Ballatore (ESPE, LAMES, CNRS-AMU)