Accueil > Archives > 2016

Numa Murard, Quand la sociologie devient narrative : autour de la pauvreté et du chômage

par Sylvie Chiousse - publié le , mis à jour le

Séminaire de l’axe 1 - « Espaces, territoires & environnement »
vendredi 18 mars 2016, 14h30-16h30, MMSH

Présentation de l’intervention :
Je propose de reprendre d’abord le fait que la connaissance du social n’est pas le monopole des sciences sociales et de montrer quelques pièces du trésor enfoui dans différents récits du social (Partie 1 : littérature et sociologie). J’essaierai ensuite de montrer que la sociologie appelée par nos vœux peut être incluse dans une narration plus large du social (Partie 2 : le récit du social). Dans un excursus entre ces deux points, je commenterai deux photos, l’une prise en 1930 et l’autre en 1980 (Excursus : deux photographies). La base empirique de l’exposé est constituée par les recherches sur la pauvreté et le chômage. Je proposerai de conclure sur la question des relations historiquement nouées entre charité et justice sociale (Conclusion : charité et justice).

- Numa Murard est sociologue et professeur émérite à l’Université Paris 7 -Diderot. Ses recherches portent sur l’État et les politiques sociales, les économies de pauvreté et la citoyenneté. Depuis de nombreuses années, il s’intéresse à l’écriture des sciences sociales et au développement d’une sociologie narrative. Il a notamment publié L’argent des pauvres : la vie quotidienne en cité de transit, Le Seuil, 1985 (avec Jean François Laé), Les récits du malheur, Descartes et Cie, 1995 (avec Jean-François Laé), Citoyenneté et politiques sociales, "Dominos", Flammarion, 1995 (avec Annick Madec), La protection sociale, "Repères", La Découverte, 5e édition revue et corrigée, 2004, La morale de la question sociale, La Dispute, 2003 et Deux générations dans la débine. Enquête dans la pauvreté ouvrière, Bayard, 2011.