Accueil > Archives > 2012

Prix de thèse d’Aix-Marseille Université pour Célia Poulet, LAMES

par Sylvie Chiousse - publié le , mis à jour le

Le 26 novembre 2012, le Prix de thèse d’Aix-Marseille Université a été décerné à Célia Poulet, aujourd’hui chercheur associée au LAMES et Ater à l’ENS Lyon, qui était jusqu’alors doctorante au LAMES sous la direction de Nicole Ramognino.
Sa thèse, soutenue fin 2011, qui lui avait déjà valu les félicitations du jury à l’unanimité, porte sur

L’apprentissage d’une pratique démocratique ? L’exemple de la prise de parole en franc-maçonnerie

.

Résumé : Au carrefour entre sociologies de la connaissance, de l’éducation et politique, cette thèse étudie certaines pratiques sociales de travail collectif par la prise de parole, que l’ on qualifie de démocratiques, et dont la Franc-maçonnerie est un terrain pris à titre d’exemple. Historiquement élitiste dans son recrutement, celle-ci a connu lors du siècle dernier une forte démocratisation. Il en résulte aujourd’hui une population socialement très hétérogène. Abordant la maçonnerie en tant que dispositif pédagogique tacite, ce travail se propose d’étudier les processus sociologiques en œuvre dans l’appropriation sociale d’un travail basé sur l’abstraction et la tranférabilité de relations symboliques. L’analyse de matériaux (entretiens, productions écrites réalisées par les Franc-maçons, textes officiels) permet de mettre en lumière certaines caractéristiques de cet apprentissage : élection, déprofanation et amélioration, construites à travers la cumulativité du travail collectif et la possibilité de sa révision. L’enjeu de ce sujet dépasse de ce fait la question des loges maçonniques. A travers une approche de cette pédagogie tacite, on cherche à éclairer les enjeux de l’apprentissage en termes de production et reproduction des savoirs, autour de la question fondamentale du droit à l’amélioration dans les structures pédagogiques et de l’élaboration d’une normativité collective.