Accueil > Actualités du LAMES

Séminaire du LAMES, 16 décembre 2016, Arnaud Saint-Martin

par Sylvie Chiousse - publié le , mis à jour le

16 décembre, salle Duby, 14h-16h15


Sociologie de l’observation spatiale de la Terre

- Arnaud Saint-Martin
(Laboratoire Printemps, UVSQ, CNRS)

Cette communication est l’occasion de faire le point sur des recherches en cours sur les activités spatiales contemporaines. Je mène depuis quelques années diverses enquêtes sur les programmes d’observation spatiale de la Terre (notamment le programme Copernicus de l’Union européenne) et j’ai peu à peu élargi le champ en intégrant d’autres éléments, comme les développements des sciences et des techniques spatiales, la formation des politiques spatiales en Europe et aux États-Unis, le fonctionnement des marchés de l’industrie spatiale, la régulation juridique et opérationnelle du trafic des satellites dans l’espace circumterrestre, la gestion de la pollution spatiale, ou encore l’émergence actuelle du mouvement états-unien des entrepreneurs du New Space, lequel remet en cause les structures de l’économie politique stato-centrée du spatial ancrées depuis les années 1950.
Tout l’enjeu d’une sociologie des activités spatiales – que l’exposé introduira chemin faisant – réside dans l’articulation théorique et empirique de ces segments professionnels interdépendants. Après les avoir présentés sur la base d’étude de cas de première et seconde mains, j’introduirai une approche « par le bas » et « écologique » de l’astronautique. Cette dernière a, me semble-t-il, le mérite de donner à voir et à comprendre le fonctionnement de réalités sociotechniques enchevêtrées à l’échelle de la planète. Comme le risque est grand de généraliser trop vite, j’insisterai sur les aspects méthodologiques et les dimensions les plus concrètes de mes enquêtes, que je réalise seul ou en collectif. On se rendra compte que, vu l’extension et la profusion des éléments à prendre en considération, ce programme de recherche(s) n’en est qu’au stade embryonnaire et que beaucoup reste à faire. Ce qui, in fine, constitue son premier intérêt cognitif.

Discutantes : Maïa Martin (LAMES AMU CNRS) et Béatrice Cointe (post-doctorante LAMES AMU)

Agenda

Ajouter un événement iCal