Accueil > Actualités du LAMES

Sihem Najar, "Mouvements sociaux en ligne et nouvelles formes d’expression citoyenne en Tunisie postrévolutionnaire"

par Sylvie Chiousse - publié le , mis à jour le

Séminaire ASELN - Approche Sociologique de l’Ėducation à la littératie Numérique
Organisé par l’axe « Éducation et cultures à l’ère numérique » du
Laboratoire méditerranéen de sociologie (Aix Marseille Univ, CNRS, LAMES)
- Projet soutenu par la fondation Amidex, Pépinière d’excellence (appel 2017)
vendredi 25 mai, 10h-12h
MMSH Aix, salle 101

Sihem Najar est professeure de l’Enseignement supérieur à l’ISSHT
(Université Tunis el-Manar)

Cette intervention vise à montrer comment les Tunisiens ont trouvé dans le cyber espace (en tant qu’espace public alternatif) un lieu privilégié pour lutter contre l’autoritarisme et réussir le défi du passage à la démocratie. Il est important de souligner que les cyber activistes jouent un rôle crucial au niveau des transformations sociopolitiques et contribuent à la socialisation démocratique dans les sociétés contemporaines. Qu’elle soit définie comme un lieu privilégié de rencontre et de débat ou comme un non lieu à travers lequel s’exprime une interaction sociale déterritorialisée, la toile numérique représente aujourd’hui un nouvel espace public et citoyen qui dépasse les frontières matérielles et impose ainsi une nouvelle définition de la citoyenneté, moins en tant que statut qu’en tant que capacité. S’imposant en tant qu’espace d’expression et d’action, l’Internet se présente comme une cyber agora, en quelque sorte, où fermentent les idées, s’échangent les informations et les expériences et se déploient des stratégies en vue de défendre des intérêts et d’exercer le droit à la participation citoyenne. Dans un tel espace, les cyber activistes et les groupes de pression auxquels ils appartiennent, tendent à influencer les décisions et à contrebalancer les rapports de force entre des acteurs antagonistes en faisant entendre leur voix à une population élargie, en transmettant des messages à leurs publics-cibles et en faisant circuler les informations à l’intérieur des réseaux socionumériques.
L’accent sera également mis sur l’initiation démocratique et l’apprentissage de la citoyenneté avec tout ce que cela implique sur le plan éthique. En effet, l’émergence d’un mouvement social en ligne qui a progressivement imposé une myriade d’espaces d’expression, de débat et de revendication se traduit par la libération (par moments excessive) des potentialités citoyennes et politiques, jusque-là inertes, et la quête démocratique quelque peu indécise et fluctuante. Cette situation soulève des questions d’ordre éthique qu’il est nécessaire de décrypter et d’appréhender.