Rechercher






Accueil > Archives > 2019

« Approches sociologiques de la valeur et de la liquidité »

par Sylvie Chiousse - publié le , mis à jour le

vendredi 31 mai, 10h-12h30, MMSH salle A154
Séminaire Axe 2, Recompositions migratoires en Méditerranée : mobilités, genre, frontières

- Piergiorgio Della Pelle, Università degli Studi “G. D’Annunzio”, Chieti-Pescara, Erasmus Teaching Mobility
The value’s theories of political economy in Croce and Pareto
The young Benedetto Croce, at the end of ‘1800, was a socialist thinker that tried to overcome the Marxian critique to the classical political economy proposing a new model that puts together the “labor theory of value” with the new “utility theory of value”.
In the same years, Vilfredo Pareto, a liberal thinker (that deals on Marx’s Capital, in agreement with the marginal revolution) setted up a critique of the classical political economy, even through the results of Marxian analysis, and proposed a theory of value based on methodological individualism.
The differences between, to one side, this last kind of approach, typical of the subjective theory of value, and, to the other side, the focus on the mode of production, typical of labor theory of value, seem to be very important to catch the contemporary consumer society, based on the creation of the consumer before the commodity, and not of the commodity before the consumer.

- Marc Bernardot, LAMES, Aix-Marseille Université
Théories et représentations de la richesse comme liquidité : de l’économie classique à la finance contemporaine
 _ Nous proposons ici de reconstituer la généalogie des principales approches de la monnaie et de la richesse en tant qu’éléments liquides et en circulation. Si la richesse peut être pensée comme stock et la monnaie comme une matière solide, de nombreux penseurs classiques les ont associées à des substances vitales susceptibles de circuler et de changer de forme. Que ce soit comme humeur sous la plume de Nicolas Oresme ou sang chez Scipion de Gramont, comme graisse ou huile pour William Petty ou David Hume, ou encore comme eau avec John Locke, l’argent envisagé en tant que matière liquide constitue une analogie constitutive de la pensée économique moderne et contemporaine. Ces approches métaphoriques, qui se trouvent aussi sous diverses formes (lac, ruisseau, canal, vague…) dans les modèles d’Anne Turgot, d’Adam Smith jusqu’à Joseph Schumpeter et John M. Keynes, parfois appelé « keynésianisme hydraulique », participent aujourd’hui encore des modes d’appréhension à la fois chez les experts de la finance globalisée et dans le vocabulaire courant et profane de l’économie toujours plus focalisée sur la (les) liquidité(s). Nous tenterons de comprendre ce que ces tropes liquides, avec d’autres métaphores associées (circulation, fluidité, flexibilité, vélocité…), expriment et ce qu’ils cachent des modes de fonctionnement de l’économie dans les sociétés contemporaines.

Agenda

Ajouter un événement iCal