Rechercher






Accueil > Membres

PERONA Océane

Coordonnées :
oceane.perona@univ-amu.fr

Fonctions
Maîtresse de Conférences en Sociologie

Domaines de recherche
Justice pénale, violences sexuelles, consentement, théorie féministe du droit, travail policier, séparations parentales, violences conjugales

Recherche doctorale
Titre de la thèse : Le consentement sexuel saisi par les institutions pénales - Policiers, médecins légistes et procureurs face aux violences sexuelles
Soutenue le 23 novembre 2017 à l’Université de Paris Saclay, Guyancourt

Distinction
Thèse récompensée par le Prix Gabriel Tarde de l’Association Française de Criminologie (2018)

Publications
(2018) Déqualifier les viols : une enquête sur les mains courantes de la Police Judiciaire, Droit et Société, 2 (99), p.341-355.
Résumé : Cet article interroge le rôle policier dans le traitement pénal des viols, négligé par la sociologie et la critique féministe du droit des violences sexuelles. A partir de l’étude des mains courantes enregistrées par un service de Police Judiciaire, il revient sur une des conclusions de la théorie féministe du droit, à savoir que le traitement pénal des viols est principalement déterminé par la formulation de la règle de droit. Les données mobilisées sont issues d’une ethnographie de dix mois dans un service de Police Judiciaire et de l’exploitation des archives de ce service. L’enquête met en évidence la faible autonomie de la Police Judiciaire en matière de traitement des viols du fait de contraintes structurelles et politiques. Elle montre ensuite que la déqualification des plaintes varie suivant la proximité relationnelle entre la victime et le suspect, et dépend de l’interprétation policière de la passivité des victimes.

(2017) La difficile mise en œuvre d’une politique du genre par l’institution policière : le cas des viols conjugaux, Champ Pénal/Penal Field [en ligne], vol. XIV.
Résumé : À partir d’une observation du travail d’un service de Police Judiciaire, cet article souligne les limites de la mise en œuvre de la politique de lutte contre les viols conjugaux par l’institution policière. Les enquêtes sur des viols entre conjoints sont dépréciées par les policiers. Ce désintérêt est lié aux difficultés éprouvées par les enquêteurs pour attester l’absence de consentement des victimes. La dévalorisation des viols conjugaux s’explique aussi par le décalage entre ce type d’enquêtes et le travail d’investigation en Police Judiciaire, tel qu’il est idéalisé par les policiers.

(2017) Médecins légistes et policiers face aux expertises médico-légales des victimes de violences sexuelles, Déviance et Société, 42 (3), p. 415-443.
Résumé : Cet article s’intéresse aux expertises médico-légales des victimes de violences sexuelles et aux relations entre les policiers demandeurs de ces rapports et les médecins légistes qui les rédigent. Notre analyse distingue deux situations : celles où le certificat médical fait état de constats de lésion, et celles où le certificat ne constate aucune lésion physique. Cette dernière situation met à l’épreuve les rapports entre policiers et médecins légistes, et montre que chacun des deux groupes professionnels entretient des rapports différents à la victime.

(2016) « Sexualität und Strafe. Der Forschungsstand in Frankreich », 11. Beiheft der Zeitschrif "Kriminologisches Journal", p.282-295

Résumé : Cet article propose une revue de la littérature existante en France sur la question des violences sexuelles. Il distingue tout d’abord les travaux centrés sur les institutions pénales, dans une optique de sociologie des institutions de contrôle social, mais qui jusqu’au tournant des années 2000 témoignent d’un certain hermétisme vis-à-vis de la sociologie des rapports de genre. Il s’intéresse également aux travaux juridiques s’inscrivant dans une optique de critique féministe du droit et cherchant à expliquer l’attrition entre le nombre de plainte et le nombre de condamnations. Il identifie également une deuxième catégorie de travaux, produits par des historiens, des politistes et de sociologues, qui s’intéressent aux évolutions de la sensibilité collective vis-à-vis du viol, et à la définition des violences sexuelles comme problème public durant la seconde moitié du 20ème siècle. Enfin, l’article restitue les différents travaux qui se sont attachés à quantifier les viols, à partir de sources administratives, d’enquêtes en population générale ou encore de données produites par les associations spécialisées. La plupart de ces recherches cherchent à cerner le « chiffre noir » des violences sexuelles, qui correspond aux actes qui n’ont pas été dénoncés aux institutions pénales.

(2015) Avec le Collectif TMTC « L’horizon vertical de la recherche », Socio-logos [En ligne], 10 |, URL : http://socio-logos.revues.org/2975

Résumé : Si les doctorants contribuent au même titre que les chercheurs « en poste » à l’élaboration de la production scientifique, ils n’occupent pas pour autant une place stabilisée dans l’espace académique et gardent administrativement le statut d’étudiant tout au long de leur thèse. Cet article se propose d’étudier le processus de socialisation de ces « apprentis chercheurs » dans deux laboratoires en sciences sociales au sein desquels l’horizontalité dans les rapports entretenus entre titulaires et doctorants est valorisée. Il entend montrer comment ces structures façonnent leurs membres au cours des années de thèse, mais aussi la manière dont les doctorants, entre ressources et contraintes, « travaillent » leur institution par des opérations de (dés) investissement ou de (ré)appropriation de dispositifs conçus pour, avec ou par eux dans les laboratoires. A travers les modes d’organisation et d’agencement de certaines activités, les modalités de prise de parole dans les arènes du laboratoire, voire dans les sollicitations des doctorants en direction des titulaires, réapparaissent des marqueurs de relations hiérarchiques. C’est cette tension entre une politique d’horizontalité et le constat d’une verticalité structurant la socialisation des doctorants au sein des laboratoires que ce collectif d’auteurs se propose d’interroger afin de saisir les déterminants sociaux et institutionnels de cette socialisation de laboratoire.

Réseaux de recherche
Membre du laboratoire junior « Visage : analyse des violences fondées sur le genre »
Chercheuse associée au partenariat de recherche canadien « Séparation parentale, recomposition familiale »
Membre du projet franco-allemand « Saisir l’Europe – Europa als Herausforderung »
Membre du projet ANR-DFG Cultures Pénales Continentales - Strafkulturen

Enseignements universitaires réguliers
Méthodes d’enquêtes qualitatives et quantitatives
Rapports sociaux de sexe
Méthodologie du travail universitaire

Liste des publications sur HAL

Article dans une revue

ref_biblio
Océane Pérona. Vergewaltigung: vom Gesetz zur Zivilgesellschaft und zurück. Zeitschrift für Rechtssoziologie, 2020, 39 (2), pp.253-277. ⟨10.1515/zfrs-2019-0014⟩. ⟨halshs-02514928⟩
Accès au bibtex
BibTex
ref_biblio
Julie Minoc, Rémi Habouzit, Ruggero Iori, Romain Juston, Bénédicte Laumond, et al.. L’horizon vertical de la recherche: La socialisation de laboratoire d’apprentis chercheurs en sciences sociales. Socio-logos : Revue publiée par l'Association Française de Sociologie, Association Française de Sociologie, 2015. ⟨halshs-02085105⟩
Accès au bibtex
BibTex
ref_biblio
Ruggero Iori, Romain Juston, Julie Minoc, Rémi Habouzit, Bénédicte Laumond, et al.. L’horizon vertical de la recherche: La socialisation de laboratoire d’apprentis chercheurs en sciences sociales. Socio-logos : Revue publiée par l'Association Française de Sociologie, Association Française de Sociologie, 2015. ⟨halshs-03130983⟩
Accès au bibtex
BibTex