Rechercher






Accueil > Archives > 2019

Soutenance de thèse Daphné Bibard - "La délinquance à l’adolescence. Etude des dossiers de 1812 jeunes pris en charge par la Protection judiciaire de la jeunesse des Bouches-du-Rhône"

par Sylvie Chiousse - publié le , mis à jour le

26 novembre 2019, 14h - MMSH Aix, salle Duby

Membres du jury
- CHERONNET Hélène, Ecole Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse, CLERSE, examinatrice
- DUPREZ Dominique, CNRS-CESDIP, examinateur
- HIRSCHELMANN Astrid, Université de Caen, LPCN, rapportrice
- MOHAMMED Marwan, CNRS - Centre Maurice Halbwachs, examinateur
- MUCCHIELLI Laurent, CNRS-AMU-LAMES, directeur de thèse
- PAUGAM Serge, CNRS-EHESS, rapporteur

Résumé
En France, la délinquance juvénile est un sujet récurrent dans le débat public. Nombreux sont les articles de presse, les documentaires télévisés et les discours politiques qui portent sur la prise en compte et la tentative d’explication de ce phénomène, présenté parfois de façon sensationnaliste.
Pour aller au-delà de ces représentations, discours et idées reçues, nous avons choisi de réaliser ce travail de doctorat. Il s’inspire des études produites par les chercheurs des écoles de Chicago et de la sociologie de la déviance en France. Il s’inscrit aussi à la lisière entre le droit pénal, la psychologie sociale, la sociologie des professions, la sociologie de la famille et la sociologie de la précarité. La délinquance juvénile est en effet un phénomène social qui touche à plusieurs domaines. En l’étudiant, il est donc nécessaire de s’intéresser à son contexte légal, normatif et social ainsi qu’à son contexte politique et historique.
Depuis 2016, nous avons mené un travail de recherche pour traduire le profil des jeunes suivis par la Protection Judiciaire de la Jeunesse (PJJ) en tenant compte de leurs caractéristiques personnelles, familiales, affectives, matérielles, scolaires et judiciaires.
Pour ce faire, nous avons lu, analysé et traité statistiquement 1812 dossiers judiciaires de jeunes suivis entre 2013 et 2017 par les unités éducatives de milieu ouvert de la PJJ des Bouches-du-Rhône.
Notre méthodologie plurielle, adaptée à la diversité des données présentes dans les dossiers judiciaires nous a permis de mener à bien une recherche en entonnoir. Elle part de l’étude des profils généraux des jeunes de notre population d’enquête et s’affine, au fil de procédés statistiques, pour les préciser.
Cette étude montre l’influence des différentes variables personnelles, familiales, scolaires et matérielles sur le passage à l’acte de ces jeunes. Nous avons aussi pu aborder la question de la construction identitaire adolescente et des pluri-difficultés auxquelles est soumise notre population d’enquête.
Nous avons ainsi analysé plusieurs sous-phénomènes liés à celui de la délinquance : la précarité, la rupture de liens sociaux, l’addiction aux stupéfiants, le signalement aux services sociaux, les difficultés scolaires et les conflits familiaux. Enfin, l’étude des profils de ces jeunes en situation de délinquance nous a offert la possibilité d’observer leur prise en charge judiciaire par les professionnels de la PJJ.
Ainsi, nous présentons les profils des jeunes en situation de délinquance, les actes qu’ils ont commis et leur prise en charge judiciaire. Et à travers ces analyses, nous soulignons aussi les difficultés présentes dans leur vie qui peuvent engendrer des conduites à risque telles que le passage à l’acte.

Mots clés : délinquance, adolescence, liens sociaux, statistiques, sociologie de la déviance, conduites à risque

Agenda

Ajouter un événement iCal