Rechercher






Accueil > Archives > 2019

Soutenance de thèse Khadidja Sahraoui - "Trafics et trafiquants de drogues Une ethnographie des réseaux dans les quartiers pauvres de Marseille"

par Sylvie Chiousse - publié le , mis à jour le

Soutenance le 18 décembre, 14h, MMSH, salle Duby

devant un jury composé de :
- DUPREZ Dominique, CNRS-CESDIP (Examinateur)
- KOKOREFF Michel, Université Paris 8 (Rapporteur)
- MOHAMMED Marwan, CNRS-Centre Maurice Halwachs (Examinateur)
- MUCCHIELLI Laurent, LAMES, CNRS-AMU (Directeur de thèse)
- MUSSO Sandrine, Centre Norbert Elias-AMU (Examinatrice)
- PERALDI Michel, CNRS-IRIS (Rapporteur)

Résumé
Les réseaux de revente de produits stupéfiants sont présents au sein de nombreuses cités marseillaises. Ils alimentent les pages des faits divers et s’immiscent dans les ordres du jour des réunions institutionnelles. Ces organisations délinquantes s’inscrivent notamment dans un contexte qui est celui de la pauvreté. En effet, même illégaux, ces réseaux sont des économies de la débrouille dans des territoires socialement relégués. Visible dans les espaces communs et publics, le trafic de drogues s’ancre dans le paysage comme le ferait un commerce de proximité lambda. Avec toutefois une présence ostensible qui alimente le sentiment d’insécurité ainsi que des nuisances – sonores, environnementales…- Mais tout cela n’est pas la seule problématique affectant les habitants des grands ensembles qui accueillent - involontairement - ces trafics. Ces derniers sont en effet soucieux que leurs enfants ne cèdent à la tentation déviante, tant les perceptives d’avenir, notamment en matière d’emploi, s’amenuisent au fur et à mesure du temps. C’est donc avec les moyens qui sont les leurs que les habitants des cités populaires – et les professionnels qui y interviennent - composent quotidiennement avec la présence des réseaux, qui font office de chants des sirènes auprès des jeunes et moins jeunes voyant en cette activité la possibilité de percevoir de l’argent mais aussi un statut.
Cette activité délinquante, qui ne cesse d’attirer sur elle tous les regards, demeure hermétique tant dans son organisation interne que dans les profils de ses acteurs qui ne représentent pourtant qu’une infime partie des jeunes habitants des cités.
Ce travail de thèse débuté il y a plus de six années s’attache à analyser trois dimensions de ces réseaux :
- Les terrains dans lesquels ils sont implantés et qui représentent aussi ceux dans lesquels ont grandi les acteurs.
- La manière dont le trafic s’organise et s’adapte à l’environnement dans lequel il est ancré.
- Les trajectoires des acteurs, ceux appelés dealers.
Cette recherche vient en effet interroger les trajectoires de ces derniers et leur famille au travers de la constitution de récits de vie, d’entretiens et d’observation in situ, et mettra en lumières les mécanismes et facteurs influant les entrées dans les réseaux de revente de produits stupéfiants.
Cette thèse interrogera également les trajectoires de ceux qui, ayant grandi dans les mêmes conditions que les acteurs de ces réseaux, ne s’inscrivent pas dans ces dynamiques.

Mots clés : Trafic/ Drogue / Quartiers pauvres/ Carrière délinquante

Agenda

  • Mercredi 18 décembre 2019 14:00-18:00 - Khadidja Sahraoui

    Soutenance de thèse Khadidja Sahraoui - "Trafics et trafiquants de drogues Une ethnographie des réseaux dans les quartiers pauvres de Marseille"

    Lieu : MMSH, salle Duby


Ajouter un événement iCal