Rechercher






Accueil > Archives > 2020

Rencontres & débats Journées de l’Histoire de l’IMA | Révoltes et révolutions : le rôle de la religion Dans le cadre des Arabofolies, festival musical, des arts et des idées

par Sylvie Chiousse - publié le

Participation de Farida Souiah
IMA, 18 octobre 2020

Carte blanche au CNRS-Ceped / IRD | « Dire la révolution »
Modérée par Hamit Bozarslan, directeur d’études à l’EHESS, spécialiste de la Turquie et de la question kurde.
Avec Chaymaa Hassabo, chercheure associée à la chaire d’histoire contemporaine du monde arabe au Collège de France ; Laura Ruiz de Elvira, chargée de recherches à l’Institut de recherche pour le développement (IRD) ; Matthieu Rey, maître de conférence au Collège de France (chaire d’histoire contemporaine du monde arabe) ; Farida Souiah, chercheuse associée au LAMES.

Depuis 2011, beaucoup de choses ont été écrites sur les causes et les conséquences des « crises révolutionnaires » arabes, ainsi que sur les dynamiques contestataires elles-mêmes. Peu de travaux à ce jour se sont cependant intéressés à ce que disent les acteurs de ces révolutions, à leurs stratégies discursives et aux expressions et mots qu’ils emploient.
Pourtant, prendre leur parole au sérieux est essentiel pour comprendre pourquoi, à un moment donné et en dépit des risques encourus, des millions de citoyens ont défié les régimes autoritaires en place et leurs appareils sécuritaires. Cette carte blanche se propose de restituer cette parole à partir de trois études de cas : l’égyptien, où le sens de l’événement révolutionnaire est objet de disputes entre les différents acteurs, de même qu’il inaugure une confrontation des processus et registres de légitimation ; le syrien, où la production langagière est caractérisée par une articulation permanente entre le localisme et l’universalisme et par une forte résonance avec des récits historiques ; et l’algérien, où la parole contestataire reflète et fait raisonner les luttes pour la légitimé sociale, culturelle et politique.
Cette démarche comparative permet d’éclairer les univers de sens qui motivent l’action révolutionnaire et donc, in fine, de comprendre ce qu’agir en révolution veut dire en fonction des différents contextes. Au-delà des différences, elle permet aussi de révéler les effets de l’attribution de similarité et la circulation des registres et slogans révolutionnaires.
Lien sur le site de l’IMA

Agenda

Ajouter un événement iCal