Rechercher






Accueil > Actualités

Appel à candidature pour un contrat doctoral en sociologie

par Sylvie Chiousse - publié le , mis à jour le

Contrat de 3 ans ED355 AMU - Mesopolhis - en partenariat avec l’IFSIN et l’IRSN
- Sujet de la thèse : La prise en compte de l’incertitude et de l’inattendu dans les chantiers de démantèlement d’installations nucléaires
-  deadline pour candidater : 1er septembre 2021


Aix-Marseille université lance un appel à candidature pour une thèse de sociologie à conduire au Centre méditerranéen de sociologie, de science politique et d’histoire (MESOPOLHIS, UMR 7064, Aix-Marseille université, CNRS, Sciences Po Aix) sur un contrat doctoral de 3 ans, financé en partenariat entre l’Institut en charge des recherches en sciences de la fusion et de l’instrumentation en environnements nucléaires (ISFIN) et l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN).
- Plus d’infos : https://www.univ-amu.fr/fr/public/isfin-offres-de-theses#section-2
Contract : Aix-Marseille University’s 3 years PhD contract

Sujet de la thèse : La prise en compte de l’incertitude et de l’inattendu dans les chantiers de démantèlement d’installations nucléaires
Taking into account uncertainty and the unexpected in projects for the decommissioning of nuclear facilities

Champs de recherche / Research fields : Travail, organisations, risques
Sociology of work, sociology of organizations, anthropology of risk

Ecole doctorale : ED355 Espaces, cultures, sociétés

Directeur de la thèse : Pierre Fournier Professeur de sociologie à Aix-Marseille université, chercheur à Mesopolhis
contact : pierre.fournier@univ-amu.fr

Correspondante à l’IRSN : Elsa Gisquet, IRSN, PSN-EXP/SHOT/ Laboratoire Sciences humaines et sociales
contact : elsa.gisquet@irsn.fr

Contexte de travail
Le doctorant sera basé à Aix-en-Provence où est installé Mesopolhis mais devra prévoir des déplacements pour participer aux activités de l’ISFIN, à Marseille et à Cadarache, et de l’IRSN, en région parisienne, ainsi que pour le travail de collecte d’informations dans des sites nucléaires français. Les frais de déplacement seront pris en charge.

Le contrat doctoral ne prévoit pas de mission d’enseignement mais la personne recrutée sera invitée à participer à certaines activités de formation organisées par l’Institut ISFIN, notamment à l’adresse de publics de master, et profitera de collaborations nouées dans ce cadre.

La personne recrutée profitera de contacts établis, d’une part, à l’occasion du programme de recherche Métrologie politique de l’information sur les déchets nucléaires (Metropolitin) conduit aux laboratoires EVS de Lyon, Mesopolhis d’Aix-en-Provence et HT2S de Paris.
Et amorcés, d’autre part, avec le programme L’organisation du travail de démantèlement nucléaire. Marchés, acteurs, expertises conduit à l’Université de Bordeaux par Alina Surubaru, qui comprend la préparation d’une thèse de sociologie sur le marché du démantèlement.

Programme de recherche
Le démantèlement des installations nucléaires est un enjeu majeur des prochaines années pour le secteur nucléaire : à la fois pour témoigner de sa durabilité en refusant de laisser aux générations futures le soin de s’occuper des problèmes du présent et pour faire face à un changement d’échelles dans le nombre et la taille des installations à déconstruire. En France, on estime ainsi que 14 réacteurs électronucléaires de 900 MWe seront arrêtés définitivement dans les années à venir.
Or le démantèlement nucléaire présente deux caractéristiques qui le distinguent du démantèlement de beaucoup d’autres installations industrielles. D’une part, il se fait dans un contexte de dangers qui tiennent à l’usage de matières radioactives. Par suite, il faut imaginer des stratégies pour ordonner le travail de démantèlement ; il faut concevoir de l’instrumentation adaptée pour bien le préparer et le suivre ; il faut mettre au point des techniques de décontamination et de déconstruction (chimie, interventions mécaniques, éventuellement robotisées, opérées à distance) et il faut prévoir des protections pour les travailleurs et pour l’environnement ; tout cela se fait dans le cadre d’un régime d’autorisation et de surveillance par une autorité de régulation.
D’autre part, ce contexte de dangers présents n’est pas totalement éclairé par l’usage passé de l’installation tel qu’il est reconstitué par les volumes de matières qui y ont été traités, par les procédés utilisés, par les documents de suivi de l’exploitation… Des incidents de fonctionnement peuvent avoir engendré des altérations qu’on ne sait pas bien caractériser à distance, des modifications du procédé peuvent avoir été mal enregistrées et archivées avec pour effet de disposer de plans ponctuellement erronés. On peut donc s’attendre à des surprises au démontage des équipements et à la déconstruction des bâtiments. Il faut s’efforcer de les prévenir et sans doute aussi savoir y réagir, ou se tenir prêt à interrompre les chantiers dès qu’on s’écarte de ce qui avait été prévu et à redéfinir la stratégie de démantèlement, à refaire valider par les autorités de régulation.
Les projets de démantèlement doivent donc faire face à de nombreuses incertitudes qui viennent compliquer leur organisation, leur déroulement, autant que la régulation des risques associés.
Outre l’état de l’installation précédemment évoqué, les incertitudes concernent des dimensions très variées :
• les techniques d’assainissement, de déconstruction et de mesure, qui sont l’objet de R&D et dont la fiabilité peut être mal assurée,
• les compétences à certifier face à des chantiers pas faciles à caractériser
• la façon dont les projets de démantèlement sont préparés : souvent à distance du terrain avec des outils de modélisation, avec davantage le souci de satisfaire aux exigences des instances d’autorisation qu’aux préoccupations des intervenants en termes de connaissance des installations dans leurs chausse-trappes, de sécurité du travail, de sérénité face à la pression productive et de pénibilité face aux contraintes d’intervention,
• la façon dont les projets de démantèlement sont considérés par les dirigeants du secteur : avec des financements objets de renégociation, voire de report, ce qui allonge leur durée et prive des bénéfices des apprentissages qui se jouent dans la continuité d’un chantier coordonné entre les mêmes personnes, statutaires et sous-traitantes,
• le recours aux entreprises sous-traitantes (en conception comme en réalisation), ce qui introduit des incertitudes sur la pérennité des compétences et le maintien de la capacité à agir de façon coordonnée sur de longues périodes,
• la temporalité longue des projets de démantèlement qui les expose parfois à des formes de pression temporelle pour respecter des calendriers d’autorisation, voire à des évolutions réglementaires qui peuvent complexifier leur déroulement en imposant de les réorganiser.
Ces incertitudes font que la réalisation des différents chantiers qui jalonnent un projet de démantèlement est confrontée à des situations inattendues qui mettent l’organisation sous tension.

La thèse vise à saisir la manière dont les projets de démantèlement font face à l’inattendu. Il s’agit d’une part d’identifier mieux les caractéristiques des situations inattendues, du point de vue de l’activité des acteurs du démantèlement et du point de vue des enjeux de sécurité du travail et de sûreté des installations qu’elles posent. Il s’agit d’autre part, d’étudier les manières dont cet inattendu entraîne la mobilisation des différentes échelles de l’organisation (chantier, installation, site, entreprise), met à l’épreuve leurs modalités de régulation collective et ouvre sur des modalités d’ajustement, et d’étudier les manières dont cette mobilisation déplace les frontières de l’organisation en sollicitant des acteurs extérieurs (expert public, autorité de sûreté, grand public) et en ouvrant à d’autres formes de régulation, à d’autres modalités d’adaptation. Une démarche ethnographique soutiendra l’analyse de l’organisation du travail en contexte d’incertitude technique, économique, sociale, réglementaire, ayant des effets sur la temporalité des opérations à travers des relations de dépendance croisée voire de subordination inversée entre les acteurs impliqués, relations qui débordent les relations d’ordre bilatérales entre donneur d’ordre et sous-traitant, entre contrôleur et contrôlé.

Pour mener à bien cette recherche dans le temps d’une thèse, un programme de démantèlement ne pourra pas être suivi de bout en bout. Plusieurs projets de démantèlement saisis à différents moments d’avancement seront étudiés et une approche ethnographique sera privilégiée aussi souvent que possible, attentive aux pratiques avérées des différents acteurs impliqués et aux relations coopératives ou conflictuelles qui se nouent entre ces acteurs à l’occasion de l’activité. Elle intègrera l’observation des différents acteurs face aux dispositifs techniques qui sont à leur disposition pour prendre en compte les risques. Seront étudiés :
• des cas passés caractérisés par l’irruption d’un élément inattendu. Ils seront examinés pour son traitement au fil du programme
• des cas présents qui seront examinés pour les formes d’anticipation d’éléments inattendus qui sont déployées par les acteurs, même sans survenue. Ces anticipations seront notamment examinées comme facteurs de surcharge du point de vue de certains acteurs
• des imprévus survenant sur des cas étudiés au présent. Ils permettront d’étudier la propagation de l’effet de l’imprévu à trois « niveaux » de l’organisation : l’organisation d’un chantier, l’organisation du projet, l’organisation du système de régulation de la sûreté et de la radioprotection du démantèlement.
Ces dossiers pourront être pris dans des installations des différents opérateurs industriels du nucléaire en France, de préférence dans les sites nucléaires du sud-est de la France pour profiter de la localisation du laboratoire et de l’institut ISFIN dans cette région, où se trouvent les sites de Cadarache, Marcoule et Tricastin.

Bibliographie élémentaire
- Les Enjeux du démantèlement des réacteurs à eau sous pression Rapport IRSN, 2018.
- Pierre Fournier, Travailler dans le nucléaire. Enquête au cœur d’un site à risques, Paris, Colin, 2012.
- Philippe Rosini, « La mémoire lacunaire du nucléaire », Socio-anthropologie, n° 42, 2020.

Abstract
The decommissioning of nuclear facilities is a major challenge for the nuclear industry in the forthcoming years. This thesis work objective will be to understand how decommissioning activities face to unexpected.
This means, firstly, to characterize unexpected situations, regarding decommissioning activities, work security and safety of the installations. Secondly, the way to cope facing the unexpected will be analyzed through the different levels of the organization (worksite, installation, site, company) and the movements of its borders following the mobilization of external actors (public expert, safety authority, general public).
The notion of subsidiarity applied in responsibility and the notion of organizational context will be used throughout the thesis. The organization of work will be analyzed through an ethnographic sociological approach, taking into account the technical, economic, social, regulatory, temporality and uncertainty context. In this context the relationships of dependence between a main contractor and subcontractor, between controllers and controlled could be affected (cross-dependency relationship) or even reversed.
Given the timeframe of the thesis, a decommissioning program cannot be followed from the beginning to the end. Based on an ethnographic approach, several sites and/or facilities undergoing decommissioning will be studied at different stages, focusing on work activities, cooperative or even conflicting relationships and the use of technical devices for measuring radiological risks according to the different groups of actors. Different situations will be analyzed :
• past cases marked by the irruption of an unexpected element and its management within the decommissioning program.
• present cases that will be examined in terms of the forms of anticipation of unexpected elements that are deployed by the actors, even without occurrence. These anticipations will be examined in particular for their perception as factors of burden by certain actors
• unforeseen events occurring on cases studied in the present. They will make it possible to study the propagation of the effect of the unexpected at three "levels" of organization : organization of a worksite, organization of the project, and organization of the regulatory system for safety and radiation protection in decommissioning.

Compétences attendues
Le/la candidat.e devra être titulaire d’un master en sciences sociales avec une dimension recherche et/ou des expériences (stage) en lien avec le sujet de thèse. Le poste nécessite notamment des connaissances en sociologie du travail et des organisations et une bonne maitrise des méthodologies ethnographiques.

Candidature
Les candidatures sont à transmettre par mail à Sara Ploquin-Donzenac :
isfin-direction@univ-amu.fr
Elles devront inclure les notes de Licence et de Master, le diplôme de master ou l’engagement de soutenance à venir, une lettre de motivation, un CV détaillé, une ou deux lettres de recommandation, un exemplaire du ou des mémoires de master.

Calendrier
La date limite pour l’envoi des candidatures est le 01/09/2021. Une prise de contact en amont avec les porteurs du projet (pierre.fournier@univ-amu.fr ; elsa.gisquet@irsn.fr) est souhaitable mais non obligatoire.

Les candidats auditionnés seront prévenus le 15/09/2021 pour une audition située fin septembre, avec 10 mn d’exposé du parcours et du projet et 20 mn d’échanges avec le jury.


Qualifications and Research Requirements : Master degree in Sociology or in Anthropology, fieldwork experience
Requested documents of application :
-  Bachelor and Master grades
-  Cover letter & Curriculum Vitae
-  One or two recommendation letters
-  If available, the master thesis will be appreciated.

Application Deadline : 01-09-2021
Candidates will be notified on September 15 for an audition at the end of September, with a 10-minute presentation of their background and project and a 20-minute discussion with the jury.

Contact to apply :
https://www.univ-amu.fr/fr/public/isfin-offres-de-theses#section-2
Please send any information request at the following addresses :
isfin-direction@univ-amu.fr ; pierre.fournier@univ-amu.fr ; elsa.gisquet@irsn.fr